Normal view MARC view ISBD view

  Trois strophes sur le nom de Sacher (1989)

Other(s) author(s) : Akerman, Chantal, [zuzendari]Uniform titles : Trois strophes sur le nom de Sacher.(12 minutu) : soinua, kolorezIrudia (mugimenduan): bideoaTrois strophes sur le nom de Sacher (Wikipedia fr) | Trois strophes sur le nom de Sacher (IMDb) | Trois strophes sur le nom de Sacher (Cinémathèque Française) | Laburpena (fr) | Film osoa (hizketarik gabe) In : Chantal Akerman filme Sonia Wieder-Atherton - [Paris] : Naïve, copyright 2011
Tags from this library: No tags from this library for this title. Log in to add tags.
Gozatu
Current location Collection Call number Status Date due Barcode
Tabakalera-Ubik
Orokorra / General
Tabakalera 24 WIEDER_A. cha (Browse shelf) Available 651820

Musika: Henri Dutilleux.
Argazki zuzendaritza: Raymond Fromont.

Partehartzaileak: Sonia Wieder-Atherton, Bleton (cello), Jean-Christophe Bleton, Francesca Lattuada, Sylvie Seidmann.

Liburuxkan:
" I remember that Chantal knew "trois strophes" by heart. Its curves, colours, lines, contrasts.
I knew as soon as we started the project, that she knew how she was going to direct it. She had a precise vision of the movements and gestures of the characters, seen through a window across the road, movements from everyday life that would interact with the music, but almost imperceptibly. Yet... She asked two dancers to play the characters. To me, she said: "Imagine you come home from an evening out, you don´t get changed, you just hang up your coat and play, as though the party was still going on in your imagination."
I recall that Henri Dutilleux came to the shoot. He was happy. He spent a whole day with us. He was really enthusiastic. I remember his smile."

Film-documentair web:
Quand Chantal Akerman filme la musique, il y a toujours une autre histoire... Loin des captations habituelles, la cinéaste et sa complice — la violoncelliste Sonia Wieder-Atherton — nous font découvrir un beau moment de la musique contemporaine. (Michel Follin)
C'est la nuit. Une chambre avec un fauteuil, une table, peut-être même à l’arrière-plan, un lit ouvert avec des draps défaits. L'intimité de notre interprète. La pièce est éclairée par la lumière qui vient du dehors. La violoncelliste revient d'une soirée qui l'a laissée pleine d'impressions contradictoires.
La musique qu'elle commence à jouer, cette musique de Dutilleux, semble naître des émotions qui l'animent. Une première strophe, hésitante, bousculée, avec des allers-retours, pleine d'émotions contradictoires. Une seconde plus lyrique, et une troisième qui file comme une étoile. Un son qui traverse l'espace.
Un effet d'ensemble très pur, très sobre qui laisse cette musique, qui vacille entre le contrôle et la fuite, s'exprimer avec force dans cette nuit.

Hizketarik gabe.
Sin diálogos.

There are no comments for this item.

Log in to your account to post a comment.

Click on an image to view it in the image viewer