Normal view MARC view ISBD view

  Photographie plasticienne, l'extrême contemporain

Baqué, Dominique
Language : FrenchParis : Éditions du Regard, 2004287 orrialde : koloretako argazkiak ; 25 cm(Ikus) Testua: bitartekorik gabeISBN : 2-84105-177-3.Photography -- Philosophy
Tags from this library: No tags from this library for this title. Log in to add tags.
Gozatu Ikasi
Current location Collection Call number Status Date due Barcode
Tabakalera-Ubik
Orokorra / General
Arteleku 21 BAQ pho (Browse shelf) Available 645566

Bibliografia: 278-283 orrialdeetan.

Liburuan:
Si "La Photographie plasticienne. Un art paradoxal" se proposait d'examiner les conditions de possibilité de "l'entrée en art" de la photographie, autour des années soixante-dix, et constituait le medium photographique comme l'un des plus puissants opérateurs de déconstruction du modernisme, "Photographie plasticienne, l'extrême contemporain" se donne pour enjeu l'examen attentif des différents pôles photographiques, souvent contradictoires, de ce qui serait "l'après post-modernisme", emblématisé par les années quatre-vingt-dix: les tropes du banal et de l'intime, la photographie érudite; l'esthétique de l'idiotie, le sérieux de l'objectivisme issu de l'école de Düsseldorf; les fictions prométhéennes du post-human, le renouveau de plus en plus affirmé d'une photographie documentaire qui ne doit plus rien à un photojournalisme frappé d'obsolescence, mais peut a contrario se comprendre en écho aux stratégies iconiques du "retrait".
Dans un champ photographique éclaté, qu'il serait illusoire de vouloir unifier au détriment des différences et des fractures, l'auteure a conjointement mis en exergue les questionnements propres à l'extrême contemporain: soit l'impossibilité du paysage et la crise de l'urbanité, l'émergence de "non-lieux" et la tentative pour inventer des lieux où vivre, d'une part; l'inquiétude du sujet vis-à-vis de lui-même, d'autre part, comme si le portrait, loin d'être une évidence, achoppait sur une identité toujours plus précaire, qui fut déjà soumise à l'implacable déconstruction structuraliste du sujet.
Au terme du parcours, c'est à une lecture subjective -et revendiquée comme telle- des œuvres que le lecteur sera convié: constituer l'admiration comme passion joyeuse, active, nietzschéenne enfin.

There are no comments for this item.

Log in to your account to post a comment.

Click on an image to view it in the image viewer


If you liked this, you may be interested